Action Chômage de Québec se prononce sur le Discours du Trône et les nouvelles mesures à l’assurance-emploi

Québec, 24 septembre 2020, suite au Discours du Trône, Action Chômage de Québec accueille favorablement les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement fédéral concernant l’assurance-emploi. En effet, elles vont de pair avec les revendications du groupe communautaire spécialisé dans les enjeux de chômage.

Les nouvelles mesures qui seront mises en place le 27 septembre prochain permettent d’élargir le nombre de citoyens et citoyennes couvertes par le régime d’assurance-emploi. Héloïse Varin, coordonnatrice d’Action Chômage de Québec, réagit à ce sujet: « Ces mesures s’inscrivent dans une volonté d’élargir notre filet social qui permet de soutenir une plus grande proportion de la population en temps de crise que ne le fait normalement le chômage ».

Mélanie Michaud, présidente de l’organisation, se réjouit quant à elle que la réflexion du gouvernement Trudeau chemine sur l’assurance-emploi : « Il était temps que le gouvernement réalise enfin les lacunes du régime d’assurance-chômage. Il est souvent inadéquat, car il laisse pour compte des milliers de personnes qui sont pourtant des travailleuses et des travailleurs actifs. Afin de pérenniser certaines de ces mesures, il serait opportun de procéder à une réforme en profondeur du programme d’assurance- emploi, afin qu’il réponde mieux à un marché du travail représentatif du 21e siècle. Rendre les travailleuses et travailleurs autonomes admissibles à des prestations régulières serait, par exemple, une réelle avancée sociale. » .

Par ailleurs, comme le mentionne Pierre Céré, porte-parole du Conseil national et chômeurs et chômeuses (auquel est affilié Action Chômage de Québec) : « En identifiant l’assurance-emploi comme le « seul mécanisme de distribution des prestations d’emploi, y compris pour les Canadiens qui n’y avaient pas droit avant la pandémie » et en promettant un régime d’assurance-emploi adapté au 21e siècle, couvrant les travailleurs et les travailleuses autonomes, le gouvernement est sur la bonne voie ».

Action Chômage de Québec, à nouveau actif depuis un an et demi, est un organisme en défense des droits qui œuvre dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches. Elle a pour mission de venir en aide aux personnes en situation de chômage qui éprouvent des difficultés avec l’assurance-emploi. Elle les informe, les conseille et peut les accompagner dans leurs démarches auprès de Service Canada, comme en révision administrative.

-30-

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le monde a changé. L’assurance-chômage doit changer. Équité pour tous.tes+

Québec, mercredi le 25 septembre 2019 – Depuis le déclenchement de notre campagne dimanche le 22 septembre à Montréal, c’est à l’unisson que les représentantes et représentants du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) réclament une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi, de façon à assurer de meilleures protections pour le monde du travail. Action Chômage de Québec est partie prenante de cette large coalition et entend être la porte-parole de ses revendications pour la région de Québec et ses environs.

Pour mener à bien cette campagne, le CNECC déploiera, sur l’ensemble du territoire québécois ainsi que celui du Nouveau-Brunswick, une large panoplie d’outils de communication et de publicité, dont une pancarte de type électoral, des capsules vidéo thématiques et une campagne de publicité dans les journaux.

Les leaders de cette coalition, soit Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC); Fernand Thibodeau, du comité « Aide et soutien aux travailleuses et travailleurs des secteurs saisonniers de la Péninsule Acadienne »; Gilles Charland, directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS); Jack Picard, de la Première Nation Innu de Pessamit ainsi que Marie-Hélène Dubé de la campagne « 15 semaines, ce n’est pas assez! » et Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée à la Commission d’assurance-emploi pour avoir dénoncé le système de quotas, ont insisté en conférence de presse pour réitérer l’importance des changements réclamés à l’assurance-emploi.

Un programme dépassé par les réalités du monde du travail, même à Québec

Malgré le bas taux de chômage de la région de Québec, les travailleuses et travailleurs ayant recours à l’assurance-emploi sur le territoire sont directement touché.e.s par les mesures proposées par la campagne. « Le grand nombre d’emplois à statut précaire ou à temps partiel à Québec justifie largement un critère d’admissibilité unique fixé à 525 heures de travail assurable cumulées dans la dernière année, mentionne la coordonnatrice Héloïse Varin. Le travail dit « atypique » est devenu la norme, la précarité notamment est la nouvelle réalité du marché du travail. »

Les compressions subies par le programme d’assurance-emploi dans les années ‘90 ont encore un impact majeur sur la capacité des chômeurs et chômeuses à subvenir à leur besoins essentiels. « Comment une personne qui gagne le salaire minimum, soit 12,50$/heure, ayant des enfants à charge et qui arrive déjà très difficilement au quotidien, peut-elle espérer survivre avec 55 % de son salaire ? Questionne Jean-Sébastien Porlier, président d’Action Chômage de Québec. Cette mesure sociale ne remplit clairement plus son mandat. »

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleuses et travailleurs

Pour la Coalition réunie au sein du CNECC, il ne fait aucun doute que le programme de l’assurance-emploi doit retrouver sa fonction première, soit celle de protéger les travailleuses et les travailleurs en leur assurant une sécurité économique entre deux emplois.

Quand on compare le programme d’assurance-emploi canadien avec celui d’autres pays dans le monde, ceux du G7 par exemple, on constate que le nôtre est déficient, et à caractère arbitraire sur de nombreux aspects : norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays au monde avec une telle norme), taux et période de prestations faibles, l’un des pays les plus durs en termes de sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi. La liste est longue.

À propos d’Action Chômage de Québec

Action Chômage de Québec est une organisation communautaire sans but lucratif qui œuvre à la valorisation et à la défense des droits des travailleuses et travailleurs qui ont recours à l’assurance-emploi. L’organisation, qui soulignait sa relance au printemps dernier, a pignon sur rue dans la Maison de la coopération du quartier St-Roch de la ville de Québec.

– 30 –

Source :
Action Chômage de Québec, partie prenante du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses

Informations :
Héloïse Varin, coordonnatrice d’Action chômage de Québec – 418-523-7117