Le Conseil National des Chômeurs et Chômeuses (CNC) a lancé la première phase de sa campagne « L’assurance-chômage doit changer ». Une campagne en crescendo qui se déclinera sur les médias sociaux, afin de sensibiliser les décideur.se.s et la population et faire accroître le soutien envers les propositions du CNC visant un régime sensé et plus protecteur des travailleur.se.s. 

Le Conseil National des Chômeurs et Chômeuses (CNC) a lancé en janvier 2020 la campagne « L’assurance-chômage doit changer ». Une campagne en crescendo dont la première phase se décline sur les médias sociaux, afin de sensibiliser les décideur.se.s et la population et faire accroître le soutien envers les propositions du CNC visant un régime sensé et plus protecteur des travailleur.se.s. 

Le programme canadien d’assurance-chômage (aussi appelé « assurance-emploi ») offre des protections déficientes quand on le compare avec les programmes d’autres pays dans le monde, notamment quant à la norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays avec une telle norme) ainsi que les prestations maladie, qui sont parmi les moins généreuses des pays du G7. 

Il faut aussi s’assurer de mettre en place un critère d’admissibilité qui permette aux travailleur.se.s de l’industrie saisonnière de se qualifier aux prestations, et de faire disparaître le « trou noir ». 

Ainsi, la campagne que lance le CNC met de l’avant trois revendications : 



Le 26 février, le CNC a lancé la seconde phase de sa campagne, dans les pages du journal Le Devoir et du Globe and Mail, en interpellant le premier ministre Trudeau: « Aurez-vous le courage de réparer les pots cassés? »

Pierre Céré, porte-parole du CNC: « le monde du travail vit toujours les conséquences de réformes et contre-réformes imposées à l’assurance-emploi au cours des années 1990. Monsieur Trudeau, aurez-vous le courage de réparer les pots cassés? »


En conférence de presse à Ottawa, en compagnie des députés Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD, et Louise Chabot, porte-parole du Bloc Québécois (BQ) en matière d’emploi, les représentants du CNC ont profité du contexte prébudgétaire et des engagements du Parti Libéral lors de la dernière campagne électorale pour faire valoir leurs revendications.


Ils ont souligné que les gens doivent pouvoir se soigner dans la dignité, avec des prestations maladie jusqu’à 50 semaines, et qu’il est important de soutenir les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière, nos régions, et les communautés autochtones. D’ailleurs, les revendications de la campagne sont également soutenues par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL).

Conférence de presse du CNC (Pierre Céré, porte-parole, et Fernand Thibodeau, d’ASTS) au foyer de la Chambre des Communes à Ottawa, avec les députés Louise Chabot (Bloc Québécois) et Alexandre Boulerice (NPD) – 26 février 2020


PARTAGEZ NOS REVENDICATIONS PAR COURRIEL ET SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX!

Facebook et Twitter