Voici le taux de chômage et tableau de prestation pour la période du 13 octobre au 09 novembre 2019:

Taux de chômage:  6.0%

Nombre d’heures assurables requises:  700 heures

Nombre de semaines payables:  14 semaines

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Le monde a changé L’assurance-chômage doit changer

Clermont, Charlevoix, jeudi 3 octobre 2019 – C’est à l’unisson que le porte-parole du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC), Pierre Céré, ainsi que la directrice du Mouvement Action-Chômage de Charlevoix, Julie Brassard, réitèrent la nécessité d’une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi, de façon à assurer de meilleures protections pour le monde du travail.

Version PDF du communiqué de presse.

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleurs

Le CNECC, qui a lancé une campagne le 22 septembre dernier sur l’ensemble du territoire québécois et celui du Nouveau-Brunswick, a demandé à rencontrer les différents partis politiques pour connaître leurs engagements en la matière.

Cette première rencontre que nous avons aujourd’hui avec le Parti libéral du Canada, soit la candidate dans la circonscription de Beauport-Côte-de-Beaupré-île d’Orléans-Charlevoix, Madame Manon Fortin, et le Ministre sortant responsable du programme d’assurance-emploi, Monsieur Jean-Yves Duclos, est donc la bienvenue.

Nous prenons acte des engagements du Parti libéral du Canada, tout particulièrement sur les questions concernant : 1) les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière et 2) celle de la durée des prestations maladie.

Le Parti libéral du Canada s’engage à améliorer le projet pilote visant les travailleurs et travailleuses de l’industrie saisonnière et rendre ce programme permanent, tout en « tenant compte des réalités terrain, plus particulièrement dans les régions rurales et diversifiées ». D’autre part, le Parti libéral du Canada envisage, pour la première fois depuis leur création en 1971, d’augmenter la période de prestations maladie de 15 à 26 semaines.

Nous prenons acte de ces engagements. Nous les saluons comme des avancées, tout en soulignant à grands traits qu’il reste beaucoup de chemin à faire.

Ainsi, si le programme libéral évoque la volonté d’améliorer les mesures visant le monde saisonnier, il faut s’assurer de faire disparaître le « trou noir » que des dizaines de milliers de travailleurs et de travailleuses de l’industrie saisonnière vivent. Il faut aussi s’assurer de mettre en place un critère d’admissibilité à l’assurance-emploi qui leur permette de se qualifier aux prestations. Il faut protéger nos régions. Il faut protéger les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière, particulièrement dans les zones où l’emploi disponible est à prédominance saisonnière.

D’autre part, augmenter la période de prestations maladie de 15 à 26 semaines aidera beaucoup de monde aux prises avec des problèmes de santé. Par contre, là aussi on risque de laisser des gens de côté : ceux et celles aux prises avec une maladie grave, dont les traitements sont souvent longs. Nous pensons entre autres aux personnes atteintes d’un cancer. C’est pourquoi nous réitérons la nécessité d’un programme de prestations maladie pouvant aller jusqu’à 50 semaines pour les personnes atteintes d’une maladie grave.

Nous rappelons aussi que le programme canadien d’assurance-emploi offre des protections déficientes quand on le compare avec les programmes d’autres pays dans le monde : la norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays au monde avec une telle norme), le taux et la période de prestations plus faibles qu’ailleurs, les sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi parmi les plus sévères au monde. La liste est longue.

Nous vivons toujours sous le coup des grandes mesures de compression imposées dans les années 1990 par les deux gouvernements au pouvoir à cette époque. Depuis 2015, l’actuel gouvernement a permis certaines avancées partielles, mais il faut aller plus loin, et repenser le programme d’assurance-emploi, pour qu’il assure de meilleures protections couvrant l’ensemble des réalités du monde du travail.

Une solide campagne publique

Le Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) mènera une campagne non partisane pendant toute la période électorale et ce, dans toutes les régions du Québec et du Nord du Nouveau-Brunswick, appuyé par des milliers de pancartes et autres outils publicitaires. Nous espérons pouvoir rencontrer les représentants et représentantes des autres partis politiques pour connaître leur programme en la matière, et leur faire part de nos propositions.

– 30 –

Version PDF du communiqué de presse.

Source :
Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses

Informations :
Pierre Céré, CNC, 514 606-4074
Julie Brassard, MAC Charlevoix 418 617-1531

COMMUNIQUÉ DE PRESSE | Le monde a changé L’assurance-chômage doit changer

Version PDF du communiqué de presse

Montréal, dimanche 22 septembre 2019 – C’est à l’unisson que les représentants et représentantes du Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) réclament une réforme en profondeur du programme d’assurance-emploi, de façon à assurer de meilleures protections pour le monde du travail.

Pour mener à bien cette campagne, le CNECC s’est inscrit comme « Tiers » auprès du directeur des élections du Canada (nº d’enregistrement : 1125-2019-GE-TP-0032), et il déploiera sur l’ensemble du territoire québécois ainsi que celui du Nouveau-Brunswick, une large panoplie d’outils de communication et de publicité, dont une pancarte de type électoral, des capsules vidéo thématiques et une campagne de publicité dans les journaux.

Les leaders de cette coalition, soit Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC); Fernand Thibodeau, du comité « Aide et soutien aux travailleuses et travailleurs des secteurs saisonniers de la Péninsule Acadienne »; Gilles Charland, directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS); Jack Picard, de la Première Nation Innu de Pessamit ainsi que Marie-Hélène Dubé de la campagne « 15 semaines, ce n’est pas assez! » et Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée à la Commission d’assurance-emploi pour avoir dénoncé le système de quotas, ont insisté en conférence de presse pour réitérer l’importance des changements réclamés à l’assurance-emploi.

Un programme dépassé par les réalités du monde du travail

Gilles Charland, directeur général de l’AQTIS, a témoigné que « la main-d’œuvre à statut temporaire, entre autres les équipes techniques de l’industrie du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias subissent de nombreux problèmes avec l’assurance-emploi, voire ne réussissent carrément pas à se qualifier. Dans un milieu comme le nôtre où le travail à la pige est la norme et où la main-d’œuvre doit être disponible à très brève échéance, et parfois pour des contrats de « travail autonome », l’assurance-emploi est trop souvent synonyme de casse-tête et de tracasseries administratives sans fin. En d’autres mots, ce régime de protection sociale, pour lequel nous cotisons, ne joue plus le rôle qui lui avait été confié à l’origine. »

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleurs

Pour la Coalition réunie au sein du CNECC, il ne fait aucun doute que le programme de l’assurance-emploi doit retrouver sa fonction première, soit celle de protéger les travailleuses et les travailleurs en leur assurant une sécurité économique entre deux emplois.

Fernand Thibodeau, porte-parole du comité des saisonniers de la Péninsule Acadienne, l’ASTS, mènera une intense activité de campagne, partout au Nord du Nouveau-Brunswick : « Les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière sont affectés par un programme d’assurance-emploi qui est difficile d’accès et qui verse de trop courtes périodes de prestations, insuffisantes pour des régions où l’emploi est surtout de nature saisonnière. » Jack Picard, de la Communauté Innue de Pessamit soulève que les gens de sa communauté vivent les mêmes problèmes : « Des problèmes d’accès à l’assurance-emploi, des périodes de prestations très courtes et des services éloignés de notre monde, méconnaissant de nos réalités. »

Marie-Hélène Dubé mène depuis 10 ans un combat acharné afin que les prestations maladie soient bonifiées. « 15 semaines, ce n’est pas assez pour ceux et celles qui doivent traverser l’épreuve de leur vie, c’est-à-dire une maladie grave comme le cancer. On doit pouvoir se soigner dans la dignité! » Madame Dubé rappelle d’ailleurs que le volet « prestations maladie » créé en 1971 n’a jamais été bonifié depuis lors.

Quand on compare le programme d’assurance-emploi canadien avec celui d’autres pays dans le monde, ceux du G7 par exemple, on constate que le nôtre est déficient, et à caractère arbitraire sur de nombreux aspects : norme variable d’admissibilité fondée sur le lieu de résidence (le Canada est le seul pays au monde avec une telle norme), taux et période de prestations faibles, l’un des pays les plus durs en termes de sanctions rattachées aux motifs de fin d’emploi. La liste est longue.

Pierre Céré, porte-parole du CNC, souligne le fait que nous vivons toujours sous le coup des grandes mesures de compression imposées dans les années 1990 par les deux gouvernements au pouvoir à cette époque. Depuis 2015, l’actuel gouvernement a permis certaines avancées partielles, mais il faut aller plus loin, et repenser le programme d’assurance-emploi, pour qu’il assure de meilleures protections couvrant l’ensemble des réalités du monde du travail.

Les différents représentants de la Coalition se sont solidarisés avec Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée par la Commission d’assurance-emploi et lanceuse d’alerte, considérée comme une paria pour avoir courageusement dénoncé le système de quotas mis en place par le Ministère afin de récupérer des sommes d’argent sur le dos des prestataires de l’assurance-emploi : « On demandait à chaque agent de trouver le moyen de refuser 485 000 $ de requêtes de prestations par année. Il fallait trouver des raisons, même si les dossiers étaient en règle. Mon supérieur me mettait de la pression chaque matin », a-t-elle déclaré. Ce système de quotas a été élaboré avec une approche discriminatoire de profilage et a eu pour conséquence de briser la sécurité financière de milliers de personnes, sinon leur santé tout cours. Sylvie Therrien doit être reconnue par le gouvernement fédéral comme lanceuse d’alerte, et de ce fait dédommagée financièrement pour le préjudice personnel qu’elle a subi.

Une solide campagne publique

Le Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses (CNECC) mènera campagne pendant toute la période électorale et ce, dans toutes les régions du Québec et du Nord du Nouveau-Brunswick, appuyé par des milliers de pancartes et autres outils publicitaires. Des rencontres ont été demandées avec les chefs des partis politiques afin de connaître leurs engagements sur le sujet.

– 30 –

Version PDF du communiqué de presse

Source :
Conseil national élargi des chômeurs et chômeuses avec
CNC, ASTS, AQTIS, Communautés Innus de Pessamit et de Essipit

Informations :
Pierre Céré, CNC, 514 606-4074
Fernand Thibodeau, ASTS, 514 927-8807

OFFRE D’EMPLOI

Poste : Adjoint(e) administratif(ve)

En conformité avec la mission du Mouvement Action Chômage de Charlevoix et sous l’autorité de la directrice générale, l’adjoint.e administratif.ve effectue divers travaux principalement reliés au service à la clientèle, au maintien de la vie associative et au soutien administratif.

Exigences et conditions :

  • Domaine d’études DEC en sciences administratives et/ou expériences pertinentes (3 ans minimum)
  • Très bonne maîtrise des logiciels offices (Word, Excel, Access).
  • Maitrise des réseaux sociaux (Facebook, Twitter)

Compétences et aptitudes :

  • Excellente communication verbale et écrite.
  • Capacité à gérer un grand volume d’informations complexes.
  • Sait effectuer le travail de bureau de façon organisée et autonome.
  • Capacité à organiser des réunions et en faire le suivi.
  • Aptitudes à la relation d’aide et à l’écoute active.
  • Expérience du communautaire, un atout.

Qualités recherchées :

  • Bon jugement, discrétion et entregent.

Nombre d’heures par semaine:  30heures/semaine

Salaire:  selon l’échelle salariale

Entrée en fonction : dès que possible.

Pour postuler :

Par courriel :  maccharlevoix@videotron.ca

En personne : Julie Brassard, directrice générale

22, rue des Érable, Clermont

N.B. Seuls les candidats retenus pour les entrevues seront contactés.

ANNONCE DE 54 M$ POUR FACILITER LE RECRUTEMENT ET L’INTÉGRATION EN EMPLOI DES PERSONNES IMMIGRANTES

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, lance un autre volet de sa Grande corvée 2.0 en annonçant des investissements de 54,8 millions de dollars jusqu’en 2021 pour faciliter le recrutement et l’intégration en emploi des personnes immigrantes.

« Pour répondre au phénomène de la rareté de la main-d’œuvre, le recrutement de travailleurs étrangers temporaires est une option vers laquelle de plus en plus d’entreprises se tournent. Je suis en action pour soutenir les entreprises ainsi que pour accompagner les nouveaux arrivants afin que leur intégration au marché du travail soit positive et durable. Votre gouvernement souhaite l’inclusion du plus grand nombre de travailleurs afin que tous aient l’occasion de déployer leurs talents », a déclaré le ministre Boulet. Grâce à ces mesures, le ministre estime pouvoir accompagner dans les deux prochaines années près de 2 000 entreprises dans leurs démarches de recrutement à l’international.

Contestation de l’assurance-emploi: le retour du tribunal salué par les organisations syndicales

« La CSN partage l’avis de la FTQ et aurait souhaité que l’on redonne une voix aux travailleuses et aux travailleurs plus rapidement. Toujours sur la question de l’assurance-emploi, la CSN tient à rappeler que l’important problème du « trou noir » n’est toujours pas réglé, ce qui prive des milliers de personnes de prestations dans certaines régions », soutient Jean Lacharité, vice-président de la CSN. « Rappelons que le régime d’assurance-emploi est financé à 100 % par les employés et les employeurs, poursuit Luc Beauregard, vice-président de la CSQ. Il est donc souhaitable que les représentants de ces derniers soient impliqués dans les décisions et puissent être directement informés de l’évolution des problématiques liés à l’application du régime. De plus, la participation de représentants du milieu assure que la réalité de chaque région soit prise en compte. » « La décision de ramener les tribunaux d’appel tripartites ne tombe pas du ciel, elle survient après une intense campagne des centrales syndicales et des groupes de femmes et de défense des chômeurs en vue de réformer le Tribunal de la sécurité sociale pour que les personnes en chômage qui vont en appel d’une décision en matière d’assurance-emploi retrouvent une instance plus conviviale, où ils sont entendus par des membres de la communauté issus des parties prenantes du régime d’assurance-emploi, et non par des personnes dont la nomination dépend de leur allégeance politique. C’est une victoire pour les chômeurs et les chômeuses », conclut le président de la CSD, Luc Vachon.

Vous êtes un travailleur saisonnier? Vous voulez améliorer vos compétences entre vos périodes d’emploi?

Miser sur une formation vous permettra:

  •  de perfectionner les compétences acquises dans votre domaine;
  • d’acquérir de nouvelles connaissances; d’accroître votre polyvalence.
  • Nous vous invitons à contacter le numéro suivant:  1-877-644-4545 et vous pouvez en tout temps nous rejoindre si vous avez des questions supplémentaires.