Catégories
COVID-19 (coronavirus)

Réouverture graduelle des bureaux de Service Canada

Le gouvernement canadien recommencera dans les prochains jours à offrir certains services en personne aux bureaux de Service Canada. 

11 bureaux ont rouvert aujourd’hui, 8 juillet 2020: Montréal centre-ville, La Cité-Limoilou et Gatineau (au Québec); Fredericton (au Nouveau-Brunswick); Saint-Jean (à Terre-Neuve-et-Labrador); Charlottetown (à l’Île-du-Prince-Édouard); Winnipeg (au Manitoba); Regina (en Saskatchewan); Calgary-Centre (en Alberta); ainsi que Surrey-Sud et Vanderhoof (en Colombie-Britannique). Au total, 90 bureaux seront graduellement touchés par cette réouverture. 

La réouverture des Centres Service Canada en personne s’appuiera notamment sur le portail Service Canada en ligne (Demande de Service en ligne). Le lien est également disponible dans la section « Outils » du site du CNC. Si vous avez un problème avec votre dossier à l’assurance-emploi, remplissez la demande en vous rendant sur ce portail. 

Un agent vous recontactera dans les deux jours du dépôt de votre demande, afin de régler la situation. Si votre demande ne peut être remplie par téléphone, ils vous offrirons un rendez-vous dans un bureau de Service Canada.

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

« FRANCHEMENT INJUSTE »

Communiqué de presse

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) réagit aux déclarations de Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, et à la chorale rassemblée des organisations patronales et autres porte-voix conservateurs lui faisant écho, voulant que la Prestation canadienne d’urgence (PCU) soit un frein à la relance. 

« Mettre sur le dos des travailleurs et des travailleuses la situation économique actuelle, c’est franchement injuste », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du CNC. « A-t-on oublié qui sont les véritables décideurs économiques? Et que dire de ce florilège de désinformation, de mensonges et de préjugés concernant la PCU ? Je croyais qu’en 2020, on était rendu ailleurs… Et le coffre à outils des employeurs et du gouvernement du Québec regorge de primes, de subventions salariales et de solutions pour une relance juste et solidaire.» 

La PCU est un soutien nécessaire pour les travailleurs et travailleuses dans le contexte de la pandémie et de ses répercussions économiques sévères, et une injection considérable d’argent dans l’économie canadienne. « N’oublions pas que les chiffres du chômage atteignent des sommets jamais atteints depuis la crise des années 1930 : plus d’un travailleur sur trois veut du travail, mais n’en trouve pas », a continué le porte-parole. 

« Souhaitons-nous vivre l’insécurité alimentaire et économique généralisée? Et que dire des conditions sanitaires. Le tout-à-l’économie ­de certains états américains, qui sont actuellement dans une situation encore pire qu’en mars, devraient nous servir d’avertissements», a conclu Pierre Céré. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

« UN SECOND SOUFFLE… MAIS UN SOUFFLE COURT », DIT LE CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES

Communiqué de presse

Le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau a annoncé aujourd’hui les modalités de la prolongation de la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

« En prolongeant la PCU, on donne un second souffle, mais un souffle bien court, pour les travailleurs et travailleuses sans emploi et sans accès à l’assurance-emploi. C’est peu, même si cela aidera nombre de travailleurs et travailleuses à passer les deux prochains mois », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC). 

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses attend avec impatience plus de détails sur ces modalités, mais s’inquiète de l’intention du Premier Ministre d’aller de l’avant avec le projet de loi C-17 et ses mesures punitives et arbitraires. 

« Le Premier Ministre affirme que le Canada devra se baser sur les meilleures pratiques internationales : peut-être, à ce moment, le gouvernement canadien pourra-t-il constater qu’en la matière, si on se compare, on ne se console pas nécessairement aux vues des programmes de soutien de revenu ailleurs dans le monde », a continué le porte-parole.

« Nous sommes en période de crise économique et sanitaire sans précédent. Les taux de chômage atteignent des sommets : des millions de travailleurs et de travailleuses restent sans emploi. Il ne faut laisser personne tomber entre les mailles du filet », a conclu Pierre Céré. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

« PROLONGATION PLUTÔT QUE SANCTIONS », DEMANDE LE CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES

Communiqué de presse

Le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau a affirmé aujourd’hui que son gouvernement considérait prolonger la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

« Voilà enfin une perspective qui semble rassurante », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC). « On le répète, la PCU doit être prolongée, ça doit être la priorité, nous avons hâte de voir les détails».

« Plutôt que d’essayer de faire adopter son projet de loi C-17, le gouvernement devrait rapidement rassurer ces dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses qui seront bientôt sans revenu », a continué  Pierre Céré. 

Les travailleurs et travailleuses autonomes, des secteurs culturels entre autres,  et ceux et celles des industries saisonnières sont particulièrement vulnérables, mais plus largement, il y a encore plusieurs travailleurs et travailleuses de différents secteurs qui sont sans emploi. Les taux de chômage atteignent des sommets.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses demeure également inquiet au sujet des exclusions et pénalités pour refus de revenir au travail alors qu’il était ‘’raisonnable’’ de le faire, ou bien le refus d’une offre d’emploi ‘’raisonnable’’.  « Qui jugera  du caractère ‘’raisonnable’’ ? On se pose encore la question », a conclu Pierre Céré. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

PROJET DE LOI C-17 : «ODIEUX» DIT LE CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES

Communiqué de presse

« Simplement odieux », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), en réaction au projet de loi C-17 concernant les modifications à la Prestation canadienne d’urgence (PCU).

« Non seulement il n’y a pas de prolongation prévue pour la PCU, mais le gouvernement semble céder aux pressions des lobbys conservateurs et ajoute à la campagne de peur, en plus de mettre en place des mesures judiciarisant et criminalisant le programme à outrance », a continué le porte-parole. 

« Notre inquiétude persiste également sur les exclusions et pénalités pour refus de revenir au travail alors qu’il était ‘’raisonnable’’ de le faire, ou bien le refus d’une offre d’emploi ‘’raisonnable’’. Qui jugera ? Qui aura le fardeau de la preuve? Comment définit-on le caractère ‘’raisonnable’’? »

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses invite donc le gouvernement à retourner à la planche à dessin, le plus vite possible. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

«LA PRIORITÉ DOIT ÊTRE LA PROLONGATION DE LA PCU» – RÉACTION DU CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES AU PROJET DE LOI SUR LA PCU

Communiqué de presse 

« La PCU doit être prolongée, ça doit être la priorité », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC). 

Selon la proposition étudiée par le Directeur parlementaire du budget et rendue publique aujourd’hui, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) pourrait être prolongée pour une durée de 12 semaines.

« Si on va de l’avant avec ce scénario, on donnerait un second souffle à des centaines de milliers de personnes, notamment les travailleurs et travailleuses autonomes des secteurs culturels et ceux et celles des industries saisonnières », a poursuivi Pierre Céré. « Le ralentissement économique majeur découlant de la crise sanitaire, combiné aux soucis de sécurité et aux mesures et consignes de santé publique laissent plusieurs travailleurs et travailleuses sans emploi. Les taux de chômage atteignent des sommets. »

Inquiétude 

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses s’inquiète également de certaines dispositions du projet de loi révélées par les médias, notamment sur les exclusions (et pénalités)  potentielles pour refus de revenir au travail alors qu’il était « raisonnable » de le faire, ou bien le refus d’une offre d’emploi « raisonnable ». Qui jugera ? 

À une situation anxiogène, on ajoute un climat de peur en brandissant l’épouvantail de sanctions pour fraude. « La fraude, en soi, c’est un crime. Il existe des modalités pour la punir. Si, à mon travail, quelqu’un vole un ordinateur, on n’a pas besoin de faire une résolution au Conseil d’administration pour dire qu’on ne peut pas voler », a affirmé Pierre Céré. « On estime que la fraude touche moins de 1% des sommes versées. Les gens sont de bonne foi, et il faut les rassurer : les travailleurs et travailleuses ont droit à la PCU », a-t-il conclu. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

Témoignage – Comité sénatorial permanent des finances nationales

Le porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), Pierre Céré, a livré un témoignage, de manière virtuelle, devant le Comité sénatorial permanent des finances nationales, dans le cadre de son étude de la réponse du gouvernement à la pandémie de la COVID-19 et ses effets économiques.

Vous pouvez écouter le témoignage et les réponses aux questions des députés dans la vidéo ci-dessous.

Témoignage – Comité sénatorial permanent des finances nationales

Témoignage de Pierre Céré, porte-parole du CNC, devant le Comité sénatorial permanent des finances nationales, dans le cadre de son étude de la réponse du gouvernement à la pandémie de la COVID-19 et ses effets économiques.

Posted by Conseil national des chômeurs et chômeuses on Tuesday, June 9, 2020
Catégories
COVID-19 (coronavirus)

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) doit être prolongée pour ceux et celles sans accès à l’assurance-emploi

Le ralentissement économique majeur découlant de la crise sanitaire, combiné aux soucis de sécurité et aux mesures et consignes de santé publique laissent plusieurs travailleurs et travailleuses sans emploi.

 

On ne peut pas laisser une mesure d’urgence comme la PCU expirer alors que la situation d’urgence n’est toujours pas résorbée et que la crise économique demeure aiguë! 

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) doit ainsi être prolongée pour ceux et celles sans accès à l’assurance-emploi. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

RÉACTION DU CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES AUX DONNÉES SUR LE CHÔMAGE DE STATISTIQUE CANADA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Statistique Canada a publié aujourd’hui les dernières données sur le chômage. Le taux de chômage au Canada a monté à 13,7 % en mai, le taux le plus élevé enregistré depuis des décennies. Toutefois, ce taux n’inclut pas les personnes qui voulaient travailler, mais qui n’ont pas cherché d’emploi. En incluant ceux et celles-ci, on obtient un taux de chômage ajusté de 19,6 % en mai, le même qu’en avril.

Au Québec, le taux de chômage est également de 13,7%, sans inclure les personnes qui n’ont pas pu chercher de travail. Si la reprise des activités a permis une croissance de l’emploi, celle-ci représente une récupération de moins du tiers des baisses enregistrées depuis le début de la crise. 

 « Plusieurs données demeurent inquiétantes, et confirment la nécessité des programmes de soutien de revenu, comme la Prestation canadienne d’urgence (PCU), et de sa prolongation pour ceux et celles qui ne pourront pas avoir accès à l’assurance-emploi, et sans occasion de travailler. On pense aux travailleurs et travailleuses autonomes, ainsi qu’une bonne partie de l’industrie saisonnière et des secteurs culturels », a prévenu Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC).

Statistique Canada indique également que malgré une croissance des emplois moins bien rémunérés, les travailleurs et travailleuses à bas salaires continuent d’être plus nombreux à avoir travaillé moins de la moitié de leurs heures de travail habituelles pour des raisons liées à la COVID-19.

« La crise a révélé de nombreuses failles au niveau des conditions de travail, des bas salaires, de l’emploi précaire. Il faudra rapidement se pencher sur cette situation », a conclu Pierre Céré.

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Catégories
COVID-19 (coronavirus)

LE SOUTIEN DOIT CONTINUER, DIT LE CONSEIL NATIONAL DES CHÔMEURS ET CHÔMEUSES

Communiqué de presse

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) invite le gouvernement fédéral à prolonger la Prestation canadienne d’urgence (PCU) pour ceux et celles qui n’ont pas accès à l’assurance-emploi. 

« Dans les prochaines semaines, un bon nombre de travailleurs et travailleuses sans-emploi vont arriver à la fin du maximum de 16 semaines de la PCU », a déclaré Pierre Céré, porte-parole du CNC. 

« Si plusieurs conservent leur droit à l’assurance-emploi après la période de PCU, un nombre considérable d’autres, notamment les travailleurs et travailleuses autonomes, ou issus du secteur culturel et des industries saisonnières, n’y ont pas droit et se retrouvent sans rien. Ne laissons pas ces centaines de milliers de personnes tomber dans le noir! » 

 « On ne peut pas laisser une mesure d’urgence comme la PCU expirer alors que la situation d’urgence n’est toujours pas résorbée et que la crise économique demeure aigue », a-t-il continué. 

En conclusion, le CNC appelle également le gouvernement du Québec à réfléchir sur le rôle qu’il pourrait jouer dans les programmes de revenu de remplacement, et sa contribution nécessaire au secteur des arts et de la culture. 

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus